Roberto Bolaño: comment se sauver la peau sans renoncer à la poésie