Une musicologie de consommation pour une musique de consommation