Cioran et Swift: Anamorphose du désenchantement