Sur une confidence de Paul Claval