Pierre Michon: deux poétiques du passé